Love love love…

à mes Amours camisole

Je suis enchainée à mes Amours camisole
Comme un brave de comptoir à sa pi-pi-picole
Tantôt vigneronne je tâte les raisins de leur vignoble
Tantôt pochtronne, je palpe sans raison leurs roubignoles

Accrochée à mes Amours salopes qui m’ont esseulée
Droguée au plaisir du corps, junkie que la came isole
Tous ces beaux éphèbes miam-miam, j’en raffole
Qu’ils embrassent mon fessier… et me lèchent les pieds

Je perds tout contrôle sur mes Amours cochonnes
Elles se jouent de ma candeur, des fois sans vergogne
Alors que moi, belle et douce aimante je les bichonne
Les abreuvant de vodka, délicieuse Eau de Pologne 
Ils dégustent entre mes cuisses le caviar de mon calice 
Cœur cœur avec les doigts, cœur cœur avec le clitoris

Elles vont me rendre cinoque mes belles Amours
En jouant avec mon cœur, en lui faisant la cour 
Lui décochant leurs flèches mi-cupidon mi-saucisson
Honorant mon derrière de leur belle érection
Sans jamais me peiner ni me blesser, sinon je suis colère
J’ai dans mon sac, plus d’un tour, moi, Reine du calembour 
Avec mon regard de braise et mon haleine camembert 
Je les prends… je les retourne et paf ! Je les bourre à mon tour

J’entends déjà d’ici le triste chant inquisiteur
Des bons petits soldats garants des bonnes mœurs 
Aboyant : la vie n’est pas un lupanar géant !
Bah j’vais m’gêner bande d’erreurs de chiens errants !
Mon corps, mon cœur, mon sexe, mon être je façonne
Je veux une vie remplie d’Amours câlines… et polissonnes
Peut-être connaissent-ils l’air mais je connais la chanson
Dans leur rectum leur vile partition, je l’enfonce bien profond

Mais n’ayons cure du venin des jaloux
Faisons l’Amour suants, suaves et fous
Oublions les salaces insensibles du sentiment
Joue-moi un air torride avec ton bel instrument

Love love love… en gros, euh triple love
J’aime quand ma gueule tu galoches
Et mon petit donut gentiment tu cabosses
Dans tes bras, mon bel amant je me love

Le graveleux n’est pas réservé qu’aux mecs
Vous n’avez pas le monopole du potache
La vulgarité avec ma plume je dissèque 
Mes rimes écrites de cyprine ainsi font tache

Love love love mes amants je vous aime 
Vulve vulve vulve, et voici mon poème
Mes Amours folles, je vous rends grâce 
Un dernier baiser, un prout… et je m’efface

L’Amour, je le tutoie, 
Marguerite Dugras

Jérôme Casy

%d blogueurs aiment cette page :